Me Abatalib Gueye sur la baisse du prix de l’électricité : « c’est le Sénégal des paradoxes… »

Le Président de la République Macky Sall a annoncé une baisse de 10% sur le prix de l’électricité. C’était lors du traditionnel message à la Nation sénégalaise. Les interprétations se poursuivent et se diversifient. Me Abatalib Gueye avocat à la cour et député non-inscrit a, pour sa part, mis l’accent sur ce qu’il qualifie de paradoxe. Il donne une étude de cette baisse, en posant la question de savoir, si elle n’est pas en réalité une restitution par la main gauche de ce que l’on a pris aux sénégalais par la main droite ?

«Au – delà de l’effet d’annonce , cette mesure traduit t-elle réellement une expression de la volonté politique de notre Président de soulager le budget lourdement éprouvé des ménages et impacte t-elle, en vérité, sur le pouvoir d’achat du «goorgorlu» sénégalais?
Certes, une baisse d’un produit de nécessité quelle que soit la proportion est toujours une mesure salutaire et en cela, on peut se réjouir du cadeau présidentiel de fin d’année.
A l’évidence, cette baisse coïncide avec la mue de la Senelec, éternelle déficitaire sous perfusion, devenue en un temps record riche avec un bénéfice de deux milliards», souligne l’avocat dans une note parvenu à SeneNews.

ANNONCE GOOGLE

Poursuivant son discours, il ajoute:«En toute logique, le coût de l’électricité devrait être tributaire du prix du baril de pétrole et la chute du prix du brut de 150 dollars à 53,9 dollars devrait engendrer corrélativement une baisse proportionnelle du coût de l’électricité et de l’essence à la pompe. Au contraire, cette répercussion légale et légitime n’a pas été appliquée, permettant au gouvernement du Président Macky SALL de se constituer une manne financière et à la Senelec d’avoir une marge bénéficiaire dont l’importance se mesure à la vitesse à laquelle elle a ressuscité».

En conclusion le député souligne que: «Sans appréciation partisane, point n’est besoin d’être économiste pour comprendre que les 30 milliards en valeur absolue correspondant à la baisse de 10% sont largement compensés par la manne financière que l’Etat et la Senelec ont tiré et continuent de tirer sur la baisse du coût mondial du baril brut de pétrole à notre détriment. Cette baisse n’est-elle pas en réalité une restitution par la main gauche un peu de ce que l’on nous a pris par la main droite. C’est peut être peu, mais c’est déjà quelque chose»

ANNONCE GOOGLE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Inline
Inline