«Quand on tue, on n’a plus le droit de vivre»

ANNONCE GOOGLE

«La personne qui tue doit être tuée, parce que sa vie n’est pas supérieure à celle de la personne tuée. Comment peut-on enterrer la victime et laisse le meurtrier vivant ? Cela fait désordre», martèle l’avocat El Hadji Diouf.
Dans le quotidien La Tribune, il se dit favorable à la peine de mort, après la série de meurtres perpétrés dans la capitale. Le retour à la peine de mort, indique-t-il, peut dissuader les éventuels auteurs de meurtres.
«L’être humain en principe craint la mort. Donc s’il y a une épée de Damoclès sur l’être humain qui veut ôter la vie à un autre être humain, je pense que cette épée de Damoclès peut constituer la solution», ajoute l’avocat qui enfonce le clou. «Quand on tue, on n’a plus le droit de vivre. C’est cela qui équilibre les choses», pense-t-il.

ANNONCE GOOGLE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Inline
Inline