Exploitation du gaz: Fortesa International Sénégal LDC n’est sénégalaise que sur le papier

Fortesa, la filiale de la société américaine, n’est sénégalaise que sur le papier. En vérité, elle a été immatriculée dans un paradis fiscal connu et reconnu: les îles Caïman.

Par décret numéro 2004-851 du 5 juillet 2004, Me Abdoulaye Wade cautionnait l’attribution d’une autorisation d’exploitation d’un gisement de gaz naturel aux sociétés Petrosen et Fortesa International Sénégal LDC. Ledit document avait pour objet l’octroi au contractant constitué des sociétés Petrosen et Fortesa International Sénégal LDC, filiale de la société américaine Fortesa International, d’une autorisation d’exploitation du gisement de gaz naturel dénommé « Gadiaga-2 » situé dans le Bloc de Thiès.

L’ensemble des données recueillies a permis d’évaluer le montant des réserves estimé à 99,3 millions de Nm3. Ainsi, au 30 mars 2004, le contractant a exploité un cumul de 19 millions de Nm3 de gaz à partir de ce puits sans le cadre d’une autorisation d’exploitation provisoire qui lui a été attribuée par décret.

A l’époque, il restait dans le puits de Gadiaga-2 des réserves de gaz estimées à 80,3 millions Nm3 auxquelles s’ajouteront éventuellement les réserves probables de gaz évaluées à 60 millions de Nm3 du puits Gadiaga-2.

Officiellement donc, le gaz est soule contrôle de la filiale sénégalaise de la société américaine Fortesa International Sénégal Sn qui sur les papiers à son siège à Cité des cadres Lébou, villa numéro 73 bis, Toundop Rya. Mais cette adresse n’est en réalité qu’une façade, puisque la filiale sénégalaise de Fortesa est tout sauf… sénégalaise.

Selon les informations de Libération, cette filiale bien qu’ayant une adresse au Sénégal, a été immatriculé dans un des paradis fiscaux les plus connus: les îles Caïman.

Source: Libération

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Inline
Inline